Le collaborateur infirmier doit pouvoir développer sa propre patientèle

 poussin qui couve un oeufLe contrat de collaboration infirmier qui ne mentionne pas que le collaborateur peut développer sa patientèle personnelle pendant sa collaboration est nul :

On croirait enfoncer des portes ouvertes, et pourtant voilà un point qui a fait l’objet d’une âpre discussion, dans un litige opposant une infirmière à son ancienne collaboratrice.

L’infirmière accusait son ancienne collaboratrice de « détournement de patientèle », au motif qu’elle se serait réinstallée dans un périmètre géographique interdit  par une clause de non concurrence.

L’infirmière voulait aussi interdire à l’ancienne collaboratrice, quelle que soit l’adresse de son nouveau cabinet, de soigner des patients, quels qu’ils soient,  dans ce périmètre.

Dans un jugement du 29 novembre 2018, le Tribunal de Grande instance d’AIX en PROVENCE rappelle que dans un contrat de collaboration, il doit obligatoirement être indiqué que le collaborateur peut développer sa patientèle propre.

Un contrat « type » qui avait  été modifié

En l’occurrence, l’infirmière titulaire du cabinet avait utilisé le contrat type de l’Ordre des infirmiers.

Mais elle avait supprimé du contrat toute mention d’une patientèle possible pour la collaboratrice pendant sa collaboration. Elle avait tout simplement effacé cette clause qui lui déplaisait.

Le procédé s’avère dangereux. Utiliser des formulaires alors qu’on ne mesure pas l’importance de toutes les mentions est déjà périlleux. Supprimer des mentions l’est encore plus, lorsque (comme cela est le cas ici) elles sont obligatoires. Cela peut rendre le contrat nul.

Certaines mentions étaient supprimées, d’autres avaient été ajoutées. Il était ainsi indiqué que tous les patients d’un certain périmètre « appartenaient » au cabinet X…..

Une mention bien maladroite, car évidemment les patients n’ « appartiennent » à personne, ils sont libres de choisir les personnes qui les soignent.

Mais l’intention était claire : pendant la durée de sa collaboration, l’infirmière collaboratrice ne pouvait avoir aucune clientèle, tous les patients qu’elle soignait dans le « périmètre » du cabinet « appartenaient » au cabinet de l’infirmière titulaire. Cela signifiait clairement qu’il lui était interdit d’avoir des patients dans la zone d’installation du cabinet de la titulaire.

A l’issue de la rupture de collaboration, un litige était né puis s’était envenimé, l’infirmière accusait son ancienne collaboratrice de détournement de patientèle, au motif qu’elle s’était réinstallée pendant quelques mois dans le périmètre de la clause de non concurrence.

L’infirmière collaboratrice soulevait la nullité de la clause de non concurrence, pour différents motifs.

élégance

Une manière élégante de résoudre la question

Le tribunal résout très élégamment le litige en ne statuant pas sur la question de la nullité de la clause de non-concurrence.  Cela lui évite de s’interroger sur la durée de cette clause de non concurrence, sur son périmètre. Cela évite aussi de se demander si l’infirmière s’est installée dans le périmètre interdit, et pour quelles raisons.

Le tribunal  choisit de déclarer nul le contrat de collaboration parce qu’il ne prévoit pas la possibilité pour le collaborateur de développer une clientèle personnelle.

C’est l’application pure et simple de la loi du 2 aout 2005 sur les petites et moyennes entreprises, art 18 :

Le contrat de collaboration libérale doit être conclu dans le respect des règles régissant la profession.  Ce contrat doit, à peine de nullité, être établi par écrit et préciser :  1° Sa durée, indéterminée ou déterminée, en mentionnant dans ce cas son terme et, le cas échéant, les conditions de son renouvellement ;  2° Les modalités de la rémunération ;  3° Les conditions d’exercice de l’activité, et notamment les conditions dans lesquelles le collaborateur libéral peut satisfaire les besoins de sa clientèle personnelle ;  4° Les conditions et les modalités de sa rupture, dont un délai de préavis ;  5° Les modalités de sa suspension afin de permettre au collaborateur de bénéficier des indemnisations prévues par la législation de la sécurité sociale en matière d’assurance maladie, de maternité, de congé d’adoption et de congé de paternité et d’accueil de l’enfant.

Cela montre qu’il ne faut pas imprudemment se servir de modèles de contrat et biffer au hasard des mentions qui peuvent être importantes.

Enfin, en cas de conclusion d’un contrat de collaboration, non seulement il faut mentionner que le collaborateur peut avoir sa clientèle personnelle, mais de plus il est conseillé, une fois par an au moins, de faire une liste des patients du cabinet et des patients qui sont personnellement attachés au collaborateur. Cela évite ensuite bien des soucis lorsqu’il s’agit de savoir pour quel infirmier le patient X ou Y a choisi le cabinet.

 

Catherine Marie KLINGLER
Avocat

6 commentaires


  1. bonjour,
    merci pour cette analyse.
    Je vais prochainement collaborer en tant qu’infirmier libéral,
    pouvez vous me dire comment  » matérialiser » sa propre patientèle ?
    Cordialement


  2. BONJOUR, je vous envoie un mail pour vous répondre.


  3. Bonjour,

    Pourriez-vous m envoyer le mail concernant la materiamisation de la patientele?

    Cordialement


  4. Bonjour ma femme est infirmière libérale avec contrat de collaboration de 1 mars 2020 au 31 décembre 2020, hors aujourd’hui sa collègue lui a remise une lettre de rupture de contrat (sauf qu il y en a plus depuis le 31 décembre ).
    Un contrat était en cours de rédaction dans un cabinet comptable pour rachat de 50% du cabinet rétroactif au 1 janvier 2021.
    Aujourd’hui sa collègue a annulé la rédaction de ce contrat .
    Dans sa lettre de rupture de ce soit disant contrat de collaboration qui n est plus effectif avec pour motif « d’incompatibilité de personnalité « .
    Cette dernière a trouvé ce motif déguisé suite à l annonce de la grossesse de ma femme pour rompre ce futur rachat de patientèle.

    Questions:
    La titulaire peut elle rompre un contrat de collaboration qui n existe plus? Et laisser continuer de travailler ma femme sans contrat (durant son préavis de 2 mois).
    Le motif d incompatibilité de personnalité est il recevable ?
    Peut elle se séparer de sa collaboratrice alors qu elle est enceinte de 3 mois?
    Et pour finir elle a une clause de non concurrence de 30km /3 ans , cette clause est elle abusive?

    Merci pour vos réponses.


  5. excusez moi car je ne vois ce message qu’aujourd’hui parce qu’il était relatif à un article déjà ancien. Peut-être entre temps aviez vous eu mon email, je recommence l’envoi.


  6. bonjour

    Je vous réponds déjà sur le point le plus simple : la grossesse . Votre Ordre préconise d’insérer dans le contrat de collaboration une clause ainsi libellée :
    « A compter de la déclaration de grossesse / de l’annonce par le collaborateur libéral de son intention de
    suspendre le contrat suite à la naissance de l’enfant / par le collaborateur-la collaboratrice de son
    intention de suspendre le contrat suite à l’adoption et ce jusqu’à l’expiration d’un délai de huit
    semaines à l’issue de la période de suspension du contrat, le contrat de collaboration libérale ne peut
    être rompu unilatéralement ; hormis en cas de manquement grave aux règles déontologiques ou
    propres à l’exercice professionnel de l’intéressé, non lié à l’état de grossesse / ni à la paternité, : ni à
    l’adoption. ».

    cette clause vient d’un texte législatif (loi 2005-882 sur les petites et moyennes entreprises) qui dispose
    « III bis.-La collaboratrice libérale en état de grossesse médicalement constaté a le droit de suspendre sa collaboration pendant au moins seize semaines à l’occasion de l’accouchement. A compter de la déclaration de grossesse et jusqu’à l’expiration d’un délai de huit semaines à l’issue de la période de suspension du contrat, le contrat de collaboration libérale ne peut être rompu unilatéralement, sauf en cas de manquement grave aux règles déontologiques ou propres à l’exercice professionnel de l’intéressée, non lié à l’état de grossesse. »
    Donc évidemment la personne qui veut rompre le contrat va invoquer un autre motif, et en cas de litige ce sera à qui démontre la situation réelle.

    Si vous lisez bien, vous verrez que les 2 TEXTES ne sont pas rigoureusement identiques…..

    Certes le contrat est fini mais il a continué d’être exécuté.

    tout cela « se plaide ».

    Quant à votre contrat de cession confié à un professionnel du chiffre, je ne ferai pas plus de commentaire et je vais vous envoyer un email afin que notre communication reste confidentielle, car ce que vous me demandez est en réalité une consultation et il n’est pas bon qu’elle soit publique. Bon courage et bonne continuation

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.